Ce matin, en commission des finances, nous avons auditionné M. Nicolas DUFOURCQ, Directeur général de BPI-Groupe. J'ai ainsi pu lui poser la question suivante :

"Je tiens tout d’abord à remercier Monsieur le directeur général d’être venu rendre compte de l’action de la BPI devant les parlementaires. J’ai eu des retours très positifs de la relation des acteurs locaux de ma circonscription dans le Morbihan avec la BPI concernant la réactivité, le partage d’informations et la communication sur les résultats.
Ma question porte sur le soutien aux entreprises existantes (de plus de 3 ans) et la capacité à faire émerger des PME fortes. La BPI envisage – t – elle une politique de soutien des projets d’innovation de PME existantes plus poussée ? Cela permettrait d’étendre la consolidation de nos entreprises, d’autant plus que la capacité de notre pays à faire émerger des PME plus fortes et de taille plus importante est un sujet de compétitivité internationale.

Les dysfonctionnements du régime social des indépendants (RSI) étaient pointés du doigt depuis de nombreuses années. Réformer le RSI, l’organisme légal de Sécurité Sociale obligatoire des commerçants, artisans et professions libérales (y compris des autoentrepreneurs), était donc devenu indispensable. Le gouvernement a annoncé que l’adossement du régime des indépendants au régime général sera applicable au 1er janvier 2018. Cette réforme est une réforme d’ampleur qui sera mise en place de façon progressive sur deux ans. Pour les bénéficiaires, elle n’entraînera ni augmentation des cotisations ni difficultés informatiques. En outre, la spécificité du régime de protection des indépendants sera préservé puisqu’un guichet spécifique au sein du régime général leur sera dédié. Pour les agents, au nombre de 5 500, il ne sera procédé à aucun licenciement et aucune mobilité géographique ne sera contrainte.

Je me réjouis que la rentrée scolaire se soit bien déroulée. Subsiste, dans notre circonscription, une difficulté à Sarzeau suite à la fermeture d’une classe non prévue pour cette rentrée. Espérons que cela soit rectifié par l’Inspectrice d’Académie dans la journée.
Pour le Morbihan, dans le premier degré, un poste d’enseignant supplémentaire a été créé malgré une baisse des effectifs de 514 élèves dans l’enseignement public et de 875 élèves dans l’enseignement privé. Ces créations de poste, qui touchent toutes les académies, marquent la volonté de la majorité de favoriser la réussite des élèves.
Au niveau des rythmes scolaires, le gouvernement a laissé la possibilité aux communes de repasser à la semaine de quatre jours. Dans le Morbihan, 40% des collectivités ont fait ce choix. Personnellement, je le regrette. Après deux années de mise en place seulement, j’aurais souhaité que cette expérience puisse se poursuivre pour mieux en évaluer l’impact.
En ce qui concerne le secondaire, où les effectifs sont en hausse, la rentrée a été marquée par l’ouverture d’un nouveau collège public à Elven. C’est une satisfaction pour de nombreuses familles. Reste à traiter l’absence de collèges publics à Saint-Avé et Guidel. Notre département est loin d’être exemplaire.
Après cette rentrée réussie, je souhaite une belle année scolaire à tous les élèves et leurs enseignants.