J’ai présenté en séance un amendement pour trouver une solution aux difficultés d’installation que rencontrent les activités agricoles, forestières et de culture marine sur les communes littorales, sans porter atteinte à l’environnement ou aux paysages. Un second amendement, visant à clarifier d’un point de vue juridique les notions de « hameau » et de « dent creuse », a également été adopté.

Les amendements visant à déroger à la loi, littoral déposés par l’opposition parlementaire, n’ont évidemment pas été retenus.

A la suite de la COP 21, cette proposition de loi s’inscrit pleinement dans la lutte contre le changement climatique en permettant d’accompagner les élus et les populations vers un développement durable des littoraux.