Le second est le « pendant » du premier. Il s’adresse spécifiquement aux grandes entreprises, qui devront intégrer, dans leur action de responsabilité sociale et environnementale (RSE), des exigences en matière de consommation alimentaire durable : choix de produits bio et locaux, cuisine sur place, lutte contre le gaspillage alimentaire et le suremballage.

L’ancrage territorial permet de réconcilier le consommateur avec le producteur, de construire des projets de territoires, d’améliorer les marges des agriculteurs et de développer l’emploi local.