Notons cependant un phénomène : si un projet est présenté trop tôt devant un comité d’un haut niveau de sélection, le risque est qu’une réponse négative emporte en cascade des réponses négatives pour tous les autres dispositifs. Les acteurs locaux, dans le cadre de leur mission d’accompagnement, préviennent les porteurs de projet de ce type de risque et les orientent pour qu’ils puissent candidater au bon moment pour le bon dispositif. La BPI est-elle consciente de ce phénomène et envisage-t-elle quelques améliorations ?
VIPE réfléchit également avec la Région Bretagne à la structuration d’une démarche de type « 2ème chance » permettant de mieux prendre en compte l’évolution d’un projet. Quelle est votre opinion sur cette proposition ?"

M. DUFOURQ a pris bonne note de la remarque sur la structuration des projets qu'il juge judicieuse.