En circonscription

Inauguration de l'atelier pain perdu

Je suis revenu avec grand plaisir une nouvelle fois à l’ESAT du Prat pour cette inauguration. J’ai été séduit par ce projet d’économie circulaire que m’avait présenté très en amont Gwen Kermabon. De l’aval chez nos boulangers ou grandes surfaces à l’amont dans une coopérative fournisseur d’aliment du bétail en passant par la logistique de la Banque Alimentaire et de l’ESAT, il y a là un bel exemple de solidarité qui permet la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’insertion sociale des personnes  handicapées et la création d’emploi et de richesse dont notre bassin de vie a besoin.


Je suis heureux d’avoir pu contribuer à son lancement au travers de ma réserve parlementaire. Le nombre de partenaires qui se sont réunis autour de ce projet montre qu’il a parlé à beaucoup et que son utilité est réelle.
 Le gaspillage alimentaire est aujourd’hui un vrai fléau. 800 millions de personnes souffrent de sous nutrition dans le monde. Plus d’un décès sur 2 est lié à une sous-nutrition.
 En France, il représente 20 kg de déchets par an par habitant. Le coût du gaspillage est estimé entre 100 et 160€ par personne et par an, soit 12 à 20 milliards au niveau du pays.
A l’Assemblée nationale, je m’implique fortement sur la question de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, signé en juin 2013, a mobilisé de nombreux acteurs de la chaîne alimentaire pour la mise en œuvre d'actions ambitieuses visant à répondre à l'objectif de réduction du gaspillage alimentaire de 50% d'ici 2025.  Dans ce cadre, l’Etat a présenté ses 10 engagements et ses 19 mesures  en faveur d’une réduction durable du gaspillage alimentaire. Ces engagements seront complétés par les engagements d’ores et déjà reçus et ceux à venir des partenaires du Pacte qui portent en particulier sur la quantification du gaspillage, la diffusion des bonnes pratiques, et l’encouragement au don des produits agricoles et alimentaires.
 
Ce dernier engagement s’est notamment traduit par la formalisation d’une convention-type pour faciliter et encadrer les conditions du don effectué par les grandes et moyennes surfaces auprès des associations d’aide alimentaire, tel que prévu par la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, dont j’étais le responsable à l’Assemblée nationale. Cette convention-type sera formellement validée avec l’ensemble des acteurs dans les prochains jours.
Par ailleurs, afin de renforcer le don de produits alimentaires et dans le prolongement des mesures déjà mises en œuvre depuis 2013 pour le don de lait, d’œufs, de fruits et légumes et de pommes de terre, l’Etat s’engage à travailler avec les acteurs associatifs et les professionnels pour étudier les modalités qui pourraient être rapidement envisagées afin de permettre aux producteurs de viandes de bénéficier de la réduction d'impôt .

Outre la lutte contre le gaspillage, l’atelier pain perdu permet à des personnes en situation de handicap de travailler. L’insertion sociale des personnes handicapées est essentielle. Il est important et urgent de changer de regard sur les douze millions de personnes qui vivent avec une incapacité ou un handicap. Il faut les reconnaitre comme des acteurs essentiels  avec des droits,  des aspirations,   des projets et des talents.
Les mesures actées lors de la dernière conférence nationale du handicap du 19 mai 2016 pour favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap sont nombreuses :
- L’introduction dans la loi Travail du concept d’«emploi accompagné» qui s’adresse tant aux salariés qu’aux employeurs en milieu ordinaire ; l’Etat soutiendra l’émergence de projets locaux dans ce domaine  
- Le rapprochement au sein d’un opérateur unique des missions relevant du placement et du maintien en emploi  
- une nouvelle convention entre les MDPH et  le service public de l’emploi pour mieux évaluer les possibilités et conditions d’emploi des personnes handicapées.
- L’adaptation des règles de calcul de la prime d’activité pour les personnes percevant l’allocation pour adulte handicapé (AAH), une rente d’accident du travail ou d’invalidité, afin que leur effort d’activité soit mieux reconnu.
- La poursuite du soutien au secteur protégé ou adapté : soutien à la modernisation de l’équipement des ESAT.
Pour terminer, je voudrais vous livrer cette phrase de Saint Exupéry qui marque bien ce moment privilégié qu’il nous est possible de partager ce matin :
"Si tu diffères de moi, loin de me léser, tu m'enrichis."  
Bon vent au pain perdu.

Consultez la dernière lettre d'information

Les communes de la première circonscription du Morbihan

voir la carte de la circonscription

Suivez Hervé Pellois