Hervé Pellois a co-signé ce texte sur le Programme européen d’aide aux plus démunis :

"L’image d’une Europe riche et développée cache une réalité souvent peu connue : près d’un quart des Européens –  soit plus de 115 millions de personnes - sont menacés par la pauvreté et l’exclusion. Alors que les montants alloués pour l’aide aux plus démunis dans le cadre du budget européen devraient s’élever à 2,5 milliards d’euros sur sept ans, soit environ un euro par an et par habitant, certains Etats membres, estimant ces sommes encore trop élevées, remettent en cause le principe même de cette aide au niveau européen.

La bataille autour du Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) témoigne des divergences profondes qui existent entre les Etats membres lorsqu’il s’agit de solidarité européenne. Mais comment comprendre que l’on conteste ce programme alors que, dans le même temps, l’Europe avec la stratégie « Europe 2020 », se donne pour objectif de sortir 20 millions de personnes de la pauvreté et de l’exclusion sociale ? Comment comprendre ce choix alors que l’Europe est avant tout un projet de paix,  paix qui ne saurait durer si l’on nie aux citoyens européens le droit fondamental et essentiel qui est celui de se nourrir ?  Comment comprendre cela alors que l’Europe est en crise et que seule la solidarité peut répondre au risque de repli sur soi ?

 

"Monsieur le Ministre,

Ma question s'inscrit dans le processus de refondation de l'école que vous avez initié avec courage et détermination. Le libre choix de l’école pour toutes les familles est la « clef de voûte » de notre système éducatif. Or, les conditions d’un choix réel ne sont pas réunies sur notre territoire.

A l'occasion du cinquantenaire de l'amitié franco-allemande, nous nous sommes rendus à Berlin à l'invitation de nos homologues allemands. Cette journée a été un symbole fort et historique.

Comme l'a très justement souligné le président de la République, il faut « cesser de voir l'amitié franco-allemande comme un long parcours tranquille », mais comme « indissociable de la construction européenne ».

Une session commune s'est tenue au Bundestag au cours de laquelle une déclaration commune a été adoptée :