Hervé Pellois, député de la première circonscription du Morbihan

 

J’ai été missionné, en tant que rapporteur du budget agriculture, alimentation, forêt et pêche, pour établir un rapport sur l’efficacité des soutiens publics aux filières de la pêche et de l’aquaculture. Pour avoir une vue objective de la situation, je mène une série d’auditions et de rencontres sur le terrain. Le port de Boulogne-Sur-Mer étant le premier port de pêche en France, il était nécessaire d’aller à leur rencontre. J’ai donc échangé, le 27 mai, avec les principaux acteurs de la filière pêche et aquaculture boulonnais.

La visite de la halle à marée et de la criée

La journée a débuté par la visite de la halle à marée et de la criée en pleine activité à 5 h 30. J’ai été accueilli par Gildas DUBOIS, responsable du site, et Alain CAILLER, directeur du port. Nous avons fait le point sur le déroulement des enchères au cadran et sur internet. J’ai aussi pu me rendre compte du nombre de transactions effectuées avec, d’un côté, les entreprises de la pêche et de l’aquaculture qui débarquent à la criée et la halle à marée de Boulogne et, de l’autre, les mareyeurs, poissonniers, restaurateurs, grossistes ou transformateurs qui s’y fournissent.

Depuis 2017, notre ambition est de défendre la PAC et les crédits accordés à nos agriculteurs. Le Président de la République a fortement influé pour que les moyens de la PAC restent identiques (9 milliards par an pour la France). Le Plan Stratégique National (déclinaison nationale de la PAC), poursuit les mêmes exigences avec plus de force.

Aujourd’hui, le ministre de l’Agriculture a révélé les premiers arbitrages, révélant les contours de cette politique qui :
consolide une production qualitative en maintenant les dispositifs structurants, comme l’indemnité compensatoire d’handicaps naturels ou le paiement redistributif à 10% sur les 52 premiers hectares ;
accompagne la transition agroécologique en augmentant en moyenne de 90 millions d’euros par an de l’enveloppe dédiée à l’agriculture biologique ;

 

Le mercredi 12 mai 2021, l’Assemblée nationale a adopté à l'unanimité, en première lecture, la proposition de loi LaREM visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle. Il s’agit de mesures concrètes pour lutter contre la précarité économique des femmes, combattre les biais de genre dans l’orientation professionnelle, et faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une réalité dans les entreprises.

Les mesures votées :

• Parce que les inégalités s’installent dès la scolarité, nous renforçons la lutte contre les stéréotypes de genre dès le collège, en particulier dans le cadre de l’orientation et de la découverte des métiers ;
• Les établissements d’enseignement supérieur devront, comme les entreprises, publier un index de l’égalité et assurer un minimum de 30 % de femmes dans les jurys d’admission ;

Consultez la dernière lettre d'information

Les communes de la première circonscription du Morbihan

voir la carte de la circonscription

Suivez Hervé Pellois